Guide sur le clonage de la marijuana (boutures)

Qu’est-ce qu’un « clone » de cannabis ? Quels sont les avantages de la consommation de clones de marijuana ? Tout d’abord, le clonage est l’un des moyens les plus faciles et les plus rapides pour les cultivateurs de cannabis de faire de nombreuses nouvelles plantes de mauvaises herbes (et essentiellement gratuites) en même temps !

De quelles fournitures ai-je besoin pour le clonage ?

Le clonage du cannabis est le processus qui consiste à faire une copie plus petite d’une plante de cannabis spécifique. En gros, un clone est un petit morceau de plante qui a été coupé (une « bouture ») d’une plante mère et qui a ensuite la possibilité de faire ses propres racines.

Les clones de cannabis sont des boutures d’une plante de marijuana – ces boutures forment leurs propres racines et se développent en une plante identique à la « mère » !

Chaque clone de cannabis a les mêmes gènes et est une copie génétique de son parent. Cela signifie que si le parent du clone est une femelle, vous avez la garantie que tous les clones prélevés sur cette plante de cannabis seront également des femelles. Pourquoi les cultivateurs de cannabis se préoccupent-ils du sexe de la plante ?

Ce clone d’herbe a été enraciné dans un cube de départ appelé « Rapid Rooters ».

Le clonage du cannabis vous permet de fabriquer rapidement des dizaines de plantes de cannabis identiques (pratiquement gratuites) ! Sauvegardez vos plantes préférées pour les faire pousser à nouveau !

Les cultivateurs peuvent prendre plusieurs clones d’une seule plante de cannabis, et c’est un moyen facile d’obtenir plusieurs plantes qui pousseront de la même façon que la plante mère et produiront des « buds » aux caractéristiques similaires (odeur, goût, puissance, etc.).

Quels sont les avantages de la culture de boutures de cannabis ?

un clone est une copie exacte d’une plante de cannabis spécifique, ce qui signifie que les clones partagent les mêmes gènes et se développent de manière très similaire les uns aux autres et à leur plante mère
vous en savez déjà beaucoup sur un clone de cannabis puisque vous savez comment était leur plante mère. Bien qu’il y ait beaucoup de variations entre les plantes cultivées à partir de graines, même s’il s’agit de la même souche, avec les clones, vous aurez des informations privilégiées sur la façon dont le clone va pousser, les rendements auxquels vous pouvez vous attendre et la puissance des bourgeons (plus d’autres caractéristiques qui peuvent varier dans une souche comme la couleur des bourgeons, l’odeur, etc.)
vous pouvez facilement prendre plusieurs clones à la fois à partir d’une seule plante de cannabis, pour des dizaines de nouvelles plantes qui seront disponibles dans environ une semaine
faible coût – outre les fournitures de clonage (qui peuvent être aussi simples que des ciseaux et un verre d’eau), la fabrication de clones est essentiellement gratuite
vous pouvez prendre un clone à la plupart des stades de la vie d’une plante de cannabis – bien que les clones puissent s’enraciner un peu plus rapidement au stade végétatif, vous pouvez prendre des clones jusqu’à 2 ou 3 semaines avant la récolte afin de conserver votre plante préférée pour la prochaine culture (assurez-vous toutefois de bien pincer les bourgeons et attendez-vous à une croissance bizarre pendant la première ou les deux premières semaines sur des clones de cannabis pris sur des plantes à fleurs)
les clones ont une longueur d’avance par rapport aux semis – Contrairement à un semis, chaque clone a le même « âge » que le parent et est donc complètement mature. Par conséquent, les clones se développent beaucoup plus rapidement dans les premières semaines que les plants, surtout pour un clone plus grand. Un clone nouvellement enraciné croîtra plus vite qu’une plante de taille similaire cultivée à partir de graines !
Les clones sont un bon choix pour les techniques de Sea of Green ou 12/12 à partir de graines – Comme les clones de marijuana sont déjà matures, un clone ne pousse pas seulement plus vite sur le plan végétatif, mais peut aussi passer immédiatement au stade de la floraison pour créer un jardin de cannabis Sea of Green ou 12/12 à partir de graines.
Les clones ne conviennent pas à tout le monde – de nombreux cultivateurs souhaitent faire pousser quelques plantes de souches différentes. Pour ces cultivateurs, il peut être préférable de commencer avec des graines, car les graines permettent de cultiver facilement plusieurs souches différentes à la fois sans avoir à entretenir des plantes supplémentaires
Photo d’un clone de cannabis qui a fait des racines – vous pouvez voir les racines qui sortent du cube de culture de départPour de nombreux cultivateurs de cannabis, la prise de boutures et le clonage peuvent être un excellent moyen de propager une souche de cannabis ou une plante de cannabis particulièrement belle sans jamais avoir à se soucier des plantes mâles ou de la fabrication ou de l’achat de graines. Chaque clone est gratuit !

Comme pour toutes les techniques importantes de culture de la marijuana, la meilleure façon de cloner des plantes de cannabis fait l’objet d’une controverse. Il existe de nombreuses techniques efficaces pour cloner des plantes et ce tutoriel vous apprendra comment cloner aujourd’hui, mais quoi qu’il en soit, le clonage ne doit être utilisé qu’avec les plantes les plus saines et les plus désirables que vous avez. Bien que techniquement vous puissiez prendre un clone de n’importe quelle plante à presque n’importe quel moment de sa vie, vous voulez prendre des clones de vos meilleures plantes qui ont prouvé qu’elles étaient gagnantes !

Aujourd’hui, je vais vous expliquer tout le processus de clonage de la marijuana et dissiper certains mythes et informations erronées.


Comment fonctionne le clonage de la marijuana ?

Le plus simple est que le clonage consiste à couper un morceau de plante et à le planter dans le sol ! De nouvelles racines poussent à partir de la tige, et bientôt vous avez une nouvelle plante de cannabis !

Si vous étudiez les clones de cannabis, vous pouvez voir que les racines poussent directement à partir de la tige

Gros plan sur les racines de clones de cannabis La photo d’HerbLion montre vraiment les détails de la croissance des racines à partir de la tige de la bouture
Merci à HerbLion pour cette incroyable photo de racines de clonage de cannabis !

Ce dont vous aurez besoin

Une plante « mère » pour obtenir vos clones
Des ciseaux tranchants ou un rasoir Fiskars sont populaires auprès des cultivateurs de cannabis pour prélever des boutures pour les clones, la défoliation et la taille. Ils sont dotés d’un petit ressort qui les maintient ouverts, ce qui évite à vos doigts de travailler un peu et vous permet de prêter davantage attention à vos plantes. J’ai découvert qu’on peut généralement les trouver chez Home Depot ! Les ciseaux Fiskars sur Amazon sont tranchants et ont un ressort qui les rend plus faciles à utiliser, ce qui vous permet de faire plus attention aux plantes
Cubes de démarrage pour placer vos nouveaux clones (j’aime les racines rapides)
Obtenez des cubes de départ pour les clones de Rapid Rooter sur Amazon.com !
Gel ou poudre de clonage (ou les deux) – Facultatif
Get Clonex sur Amazon pour un clonage plus facile Get Cloning powder pour aider vos clones à prendre racine le plus rapidement possible !

Une lumière forte, mais pas trop forte – LFC, lampes de croissance T5, halogénures métalliques de loin, etc. De nombreux modèles T5 sont conçus spécifiquement pour les clones et les semis, comme celui illustré ci-dessous. D’autres lampes de croissance plus puissantes (comme un Metal Halide) peuvent être utilisées si elles sont éloignées. La lumière du soleil fera également l’affaire !
Procurez-vous une lampe de croissance T5 – conçue pour les clones – sur Amazon.com !
7″ Dôme d’humidité pour les clones (7″ Dôme et plateau ventilés) ou (en option) Cloneur semi-automatique aéroponique
Obtenez un dôme d’humidité ventilé de 7″ pour la fabrication de clones de marijuana sur Amazon.com !
(Facultatif) Tapis chauffant (surtout pour les climats froids)
Un tapis chauffant peut être utile pour la fabrication de clones de cannabis, surtout dans un endroit froid – procurez-vous en un sur Amazon.com !
Vidéo rapide sur le processus de clonage du cannabis

Comment prendre un clone de cannabis

Avant toute chose, nettoyez et désinfectez tous vos outils, et préparez tout, y compris en exposant tout ce qui est mentionné dans la section « Ce dont vous aurez besoin pour cloner du cannabis ».

Prenez des clones de plantes de cannabis « matures » – si les feuilles sont alternées (ne se connectant pas exactement à la même partie de la tige), la plante est prête à être clonée. Voici un exemple de tige de marijuana avec une alternance de feuilles/nœuds, parfaite pour le clonage.

Tige de cannabis mature pour le clonage

Une plante de cannabis est prête à être clonée quand elle est « mature », et vous pouvez dire avec certitude quand les feuilles alternent comme sur cette photo

Faites tremper vos cubes de départ pendant quelques minutes dans l’eau. Vous n’avez pas besoin de les faire tremper pendant des jours, quelques minutes suffisent.

Recherchez de nouveaux conseils de croissance sur votre « mère » plante de marijuana. Ils serviront à prendre de nouveaux clones.

Choisissez un endroit où il y a une nouvelle ramification et un nouveau sommet, et coupez un peu en dessous. Saisissez fermement la nouvelle pousse et coupez la branche à un angle de 45 degrés. Les nouvelles boutures doivent avoir une longueur de 10 à 20 cm.

Dans la mesure du possible, prenez des clones des extrémités de croissance vigoureuse de la moitié inférieure de votre plante, car ils contiennent plus d’hormones d’enracinement que les branches vers le haut et pousseront plus vite. Cependant, les clones prélevés sur n’importe quelle partie de la plante fonctionneront tant qu’ils auront un bon bout de croissance à la fin…

En gros, vous voulez juste couper une petite partie de la plante. Les racines pousseront à partir de la « bouture » que vous avez faite, et le reste de la bouture commencera à pousser pour devenir une plante individuelle.

Coupez 10 à 20 cm en dessous de l’extrémité de croissance du cannabis

Diagramme – comment prendre un clone de cannabis – utilisez des ciseaux propres et tranchants pour couper votre tige à un angle de 45°.

De nombreux producteurs grattent doucement ou même fendent le fond de la bouture, ce qui expose davantage les parties « crues » à l’intérieur. Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, les racines poussent plus facilement à partir des parties de la tige qui sont crues, donc le fait de gratter et de fendre expose plus de « l’intérieur », ce qui donne plus de surface pour que les racines puissent se développer et favorise un enracinement plus rapide.

Voyez comment les racines poussent uniquement à partir des parties « brutes » exposées de la nouvelle bouture
Grattez délicatement le fond du nouveau clone ou même coupez-le pour exposer l’intérieur plus « brut ».
Mettez immédiatement votre nouvelle coupe de marijuana dans un verre d’eau ! Cela permettra d’éviter que des bulles ne s’infiltrent dans la tige !

Coupez les énormes feuilles inférieures ou les points nodaux de la nouvelle coupe et coupez les feuilles supérieures du ventilateur si elles sont grosses. En coupant les feuilles, on évite que le clone de mauvaise herbe ne se « surmène » en essayant de transformer la lumière en nourriture, alors que la plante devrait se concentrer sur les racines.

Vous pouvez prendre des clones de cannabis en utilisant simplement de l’eau, et vos boutures formeront des racines qui resteront dans l’eau de cette façon. Certains cultivateurs utilisent des hormones d’enracinement et d’autres produits de clonage pour aider la plante à s’enraciner plus rapidement.

Couvrez toujours tout le fond du clone avec du gel ou de la poudre de clonage pour favoriser la croissance des racines.

Si vous avez l’intention de tremper vos boutures, sortez-les de l’eau et trempez-les immédiatement dans une poudre ou un gel d’hormones d’enracinement afin de sceller les bulles d’air et de donner à vos boutures ce dont elles ont besoin pour commencer à prendre racine. Certains cultivateurs utiliseront le gel puis la poudre par la suite pour obtenir le meilleur des deux.

Veillez à recouvrir tout le fond de la bouture, de sorte que toutes les parties du clone qui sont placées dans votre cube de départ soient recouvertes de gel.

Placez le nouveau clone dans un cube de départ humidifié, et appuyez sur le fond pour vous assurer que tout est bien scellé et qu’aucun air ne peut pénétrer dans la zone d’enracinement.

Si vous disposez d’un clone automatique ou d’un dôme d’humidité, c’est à ce moment que vous placerez le nouveau clone à l’intérieur.

Lorsque vous recréez les bonnes conditions, vous n’avez pas besoin d’un cloneur ou d’un dôme d’humidité, mais ces types de dispositifs permettent de réussir le clonage et la croissance des racines pratiquement par eux-mêmes.

Pourtant, si vous suivez les étapes décrites dans cet article, la question n’est pas de savoir si vos clones vont prendre racine, mais simplement de savoir quand. Presque 100 % des clones prendront racine si vous suivez ces instructions et si vous lui donnez juste assez de temps.

Dans la section suivante, je vous expliquerai exactement ce dont vos nouveaux clones ont besoin pour prospérer.

Clones de marijuana dans un dôme d’humidité

Comment nourrir vos nouveaux clones

Les clones aiment les conditions chaudes et humides.

Pensez au printemps.

Lorsque vous vous occupez de vos clones, essayez de créer des conditions « printanières ». Vos clones ont besoin de faire passer leur eau à travers leurs feuilles dès maintenant, car leurs racines ne se sont pas formées.

C’est pourquoi un bon clone humide fonctionne très bien, ou vous pouvez vaporiser vos plantes plusieurs fois par jour jusqu’à ce qu’elles commencent à former des racines.

Certains cultivateurs utilisent un coussin chauffant sous leurs clones pour les garder au chaud.

Un peu plus chaud que la température ambiante (22-25 °C) est parfait. De nombreux clonateurs automatiques sont équipés d’un réglage de la température.

Certains cultivateurs n’utilisent aucune lampe de culture pendant les 1 à 2 premiers jours, le temps que les clones s’installent. D’autres donnent de la lumière dès le début. Il est courant de laisser les nouveaux clones dans un endroit chaud et lumineux pendant le premier ou le deuxième jour, par exemple avec une lumière de croissance relativement faible comme une ampoule CFL.

Laissez vos lampes de croissance sur un 18/6 (clair/obscur) pour vos nouveaux clones. Ne donnez pas aux nouveaux clones 24 heures de lumière, sans aucune période d’obscurité. Cela peut ralentir le processus d’enracinement. L’enracinement semble se dérouler au mieux lorsqu’il y a une certaine quantité d’obscurité chaque jour.

Le plus important est de garder un œil sur vos nouveaux clones jusqu’à ce qu’ils soient bien établis

Chaque clone deviendra une plante de marijuana de taille normale !

Pic by B. Clement – Ces boutures de cannabis ont réussi à faire germer des racines et ont obtenu le statut de « clone » à part entière

Pic by B. Clement – un groupe de clones de cannabis sains et enracinés
de belles photos de clonage de cannabis par B. Clement

Clonage – Croissance des lumières

Les ampoules fluocompactes peuvent faire d’excellentes lampes de culture pour les petites cultures furtives

Pendant les dix premiers jours, et surtout les trois ou quatre premiers jours, vous ne voulez pas utiliser la lumière à pleine puissance sur vos nouveaux clones.

Les clones veulent de la lumière dès le début, mais comme ils se concentrent sur la production de racines, ils n’en veulent pas beaucoup car elles ne sont pas aussi fortes que les plantes à racines !

Les ampoules fluocompactes bon marché ou autres lampes fluorescentes de croissance comme les T5 sont d’excellentes lampes de clonage, car elles ne sont pas trop intenses. Si vous n’avez qu’une petite tente ou une petite armoire pour conserver vos clones, vous pouvez trouver des AFC à l’épicerie, dans les magasins de bricolage, et même dans votre supérette locale ! Les lampes de culture fluorescentes peuvent être gardées environ 8-9″ au-dessus de vos clones.

La version marijuana de « Awww » – voir de nouvelles racines apparaître de votre clone

Les lampes de culture HID, comme les ampoules aux halogénures métalliques et au sodium haute pression, peuvent être utilisées par les clones, mais doivent être maintenues à une distance de plus de 3 mètres des nouveaux clones pour éviter qu’ils ne soient brûlés.

Si vous commencez avec des lumières intenses, traitez vos boutures comme des semis jusqu’à ce que vos clones aient formé des racines solides. Par exemple, une lumière de 400W HPS est suffisante pour cultiver à environ 30 pouces du sommet de vos clones pendant qu’ils s’enracinent.

Si vous cultivez dans des cubes de laine de roche ou d’autres cubes de démarrage comme les Racines rapides, vous savez alors que vos clones sont prêts à être transplantés et reçoivent une lumière régulière lorsque vous voyez les racines sortir du fond des cubes.

N’oubliez pas que les nouveaux clones sont faibles et qu’ils doivent être traités délicatement comme des semis jusqu’à ce qu’ils commencent à pousser vigoureusement. Mais en une semaine environ, vous aurez des plantes à croissance rapide qui sont beaucoup plus grandes que n’importe quel semis d’une semaine !

Et n’oubliez pas d’être patient si c’est votre première fois. Presque toutes les boutures prendront racine si vous attendez suffisamment longtemps et si vous continuez à offrir les bonnes conditions. Certaines plantes s’enracineront en quelques jours seulement, 7 jours en moyenne, mais certains clones peuvent prendre 2 semaines (voire plus) pour commencer à prendre racine !

Conseils pour le clonage du cannabis

1.) Gardez les feuilles de chaque nouveau clone légèrement humides – les clones adorent les conditions brumeuses (surtout la première semaine après avoir effectué une coupe)

C’est pourquoi de nombreux producteurs achètent des cloneurs ou un plateau avec un dôme d’humidité (un couvercle en plastique transparent à poser sur leurs plantes), car ils vous permettront de conserver vos boutures bien humides et d’automatiser pratiquement tout le processus. Toutefois, avec un dôme d’humidité, il est particulièrement important de surveiller les moisissures.

Si vous n’avez pas de dôme d’humidité (ou même si vous en avez un), il peut être judicieux de vaporiser chaque clone avec de l’eau après avoir terminé pour les garder humides. Si vous pouvez vaporiser vos clones plusieurs fois par jour pour qu’ils ne s’assèchent pas, vous pourrez peut-être vous passer complètement de la partie supérieure transparente. Une autre possibilité consiste à placer la partie supérieure transparente sur vos plantes lorsque vous êtes loin de votre zone de culture (comme au travail), puis à l’enlever en votre présence pour contrôler vos clones et les asperger régulièrement d’eau.

La plupart des dômes sont équipés d’évents pour leur permettre d’expulser l’air supplémentaire, et vous voudrez les ouvrir si l’air commence à être trop brumeux à l’intérieur !

2.) Donnez à chaque clone un petit quelque chose en plus pour l’aider à faire des racines

En plus du gel ou de la poudre de clonage, certains cultivateurs recommandent de pulvériser les feuilles avec une solution nutritive très douce, car les clones peuvent absorber un tout petit peu de nutriments par leurs feuilles.

Les cultivateurs de cannabis peuvent également ajouter une petite quantité de …

Vitamine B-1 (« Western States B-1 » trouvé à Home Depot)
Protection au silicate de potassium (« Dyna-Gro Pro-tekt » est une excellente source qui a été éprouvée pour le clonage de la marijuana)

Pour favoriser la croissance des racines, essayez de donner aux nouveaux clones un niveau minimum d’azote et éventuellement des niveaux accrus de phosphore. Fondamentalement, toutes sortes de nutriments de floraison seraient bien adaptés à donner aux nouveaux clones. Cependant, si vous leur donnez des noisettes, veillez à ne leur donner qu’un quart ou la moitié des quantités recommandées pour les semis !

Un gros plan des racines exposées d’un nouveau clone de marijuana

3.) Utiliser une poudre ou un gel d’enracinement (qui a été correctement stocké)

Lors de la création de clones, de nombreuses personnes préfèrent utiliser une sorte de solution ou de poudre de clonage, qui contient des hormones qui aident la racine du clone et qui peut être achetée dans un magasin de culture, un magasin de jardinage ou sur Internet. Le gel de clonage Rootech est un excellent choix. Les gels ont tendance à mieux enrober la plante que les poudres, mais si vous n’êtes pas sûr de pouvoir utiliser les deux !

Conservez votre poudre ou votre gel d’enracinement dans un endroit frais, sombre et sec et n’utilisez jamais de poudre ou de gel d’enracinement « contaminé ».

Si l’emballage n’était pas scellé au moment où vous l’avez reçu, ou si vous avez fait tomber quelque chose dans l’hormone d’enracinement, jetez-le et procurez-vous un nouvel emballage. Des matières étrangères comme des feuilles, de la saleté, de la poussière, etc. peuvent provoquer la croissance de mauvaises choses dans votre gel ou votre poudre, et affecteront négativement vos résultats de clonage.

Certains gels de clonage sont livrés avec un embout applicateur pratique, qui facilite l’utilisation et réduit les déchets et les risques de contamination.
4.) Prenez des boutures d’une plante bien établie et saine

Vous aurez tendance à obtenir de meilleurs résultats si vous utilisez des clones d’une plante bien établie (âgée d’au moins deux mois). Les plantes plus jeunes peuvent ne pas être totalement matures, et leurs clones peuvent prendre beaucoup plus de temps à s’enraciner, ou ne pas s’enraciner du tout.

Si vous faites pousser une plante au stade végétatif pendant environ 2 à 3 mois, vous pourrez obtenir des dizaines de clones à partir d’une seule plante.

Il n’y a pas de problème si vous prévoyez de prendre quelques clones d’une plante et de la laisser continuer à pousser. En fait, il est préférable de prélever les clones à la base de la plante, car ces clones ont tendance à prendre racine en beaucoup moins de temps que les clones prélevés à la partie supérieure de la plante.

5.) Enlevez les clones du bas de la plante pour un enracinement plus rapide, du haut de la plante pour une floraison plus rapide

Si l’on veut que les plantes s’enracinent le plus rapidement possible, il est préférable de prélever les clones à la base de la plante, car ces clones ont tendance à avoir plus d’hormones de racines et à s’enraciner en moins de temps que les clones prélevés à la tête de la plante.

Si vous voulez faire fleurir la plante immédiatement pour en déterminer le sexe, vous aurez souvent plus de chance en prenant un clone du haut de la plante, qui a tendance à être plus prête à fleurir.

6.) Préparez la plante mère pour le clonage si vous pouvez

Si possible, donnez à une mère potentielle moins d’azote que d’habitude lorsqu’elle s’alimente pendant une semaine ou deux avant le clonage, car cela favorisera un meilleur enracinement dans ses clones. Des nutriments réguliers pour la floraison fonctionnent bien.

7.) Prenez plus de clones que vous n’en avez besoin

Épargnez-vous un bateau de frustration en prenant toujours plus de boutures que nécessaire. Vous perdrez quelques clones au début, mais je vous promets que cela deviendra plus facile.

Certains clones mettent plus de temps à s’enraciner. J’ai eu un clone qui n’a rien fait pendant près d’un mois (il ne s’est pas flétrit ni n’a poussé) et j’étais sur le point de le jeter avant qu’il n’explose soudainement avec une nouvelle croissance et ne devienne une plante adulte saine. Cependant, il est généralement beaucoup plus facile de prendre de nombreux clones de marijuana supplémentaires et de jeter ceux qui prennent plus de temps que les autres pour faire des racines.

8.) N’oubliez pas d’étiqueter chaque clone de cannabis, ou vous le regretterez !

Vous serez peut-être surpris de voir tout ce que vous pouvez oublier dans la semaine où les racines forment 🙂

9.) Un clone de cannabis provenant d’une plante à fleurs va pousser différemment au début, c’est normal !

Vous voulez prendre des clones d’une plante de cannabis quand elle est au stade végétatif si possible parce que les boutures s’enracineront plus vite, mais vous pouvez aussi prendre des clones d’une plante à fleurs si vous avez une plante de prix que vous voulez sauver. Lorsque vous prenez des clones d’une plante de cannabis en fleur, choisissez des clones dans le bas de la plante et pincez immédiatement les bourgeons que vous voyez. À part cela, vous pouvez traiter les nouveaux clones exactement de la même manière que les autres.

Les clones de plantes à fleurs peuvent pousser plus « touffus » que leur plante mère, et présentent souvent d’autres modes de croissance étranges, surtout dans les premières semaines suivant le clonage (par exemple des feuilles arrondies). Il est tout à fait normal que les clones pris pendant la phase de floraison présentent des feuilles et des schémas de croissance étranges pendant les premières semaines.

Les clones de marijuana prélevés sur une plante en fleur affichent une croissance étrange pendant les premières semaines, mais les feuilles recommencent bientôt à pousser normalement.

Ce pot de clones a été prélevé sur une plante à fleurs. Pendant les premières semaines, les feuilles étaient rondes, ce qui est tout à fait normal. Les feuilles vont bientôt recommencer à pousser régulièrement.

10.) Choisir et prendre soin des plantes « mères

Plante « mère » de marijuana pour le clonage – Une plante bien établie et connue pour être une femelle est parfaite pour la fabrication de nouveaux clones

La photo de gauche montre un exemple de plante « mère ». Cette plante est connue pour être femelle, donc tous ses clones seront également femelles.

Tous les clones sont génétiquement identiques à la plante dont vous les avez pris. Donc si vous avez un spécimen incroyable d’une plante, vous pouvez faire d’autres plantes qui auront toutes des caractéristiques très similaires à la plante mère du cannabis. Vous pouvez prendre des dizaines de clones à partir d’une seule plante. En fait, partout où il y a une « pointe de croissance », vous obtiendrez un clone !

Clonage du cannabis : comment choisir une plante femelle de valeur à cloner

En tant que cultivateur, vous recherchez des plantes femelles robustes à croissance rapide, avec de grosses racines, d’énormes rendements et des bourgeons puissants.

Il est maintenant généralement recommandé de prendre des clones pendant le stade végétatif de la marijuana, car les clones pris pendant la phase de floraison peuvent avoir beaucoup plus de mal à s’enraciner. Cependant, si vous prenez des clones du bas d’une plante de cannabis au stade de la floraison, vous pouvez généralement la cloner en pinçant les bourgeons et en suivant les étapes normales. Cela peut être un excellent moyen de sauver une plante qui se comporte vraiment bien au stade de la floraison !

Remarque : certains cultivateurs prennent exprès des clones pendant la phase de floraison, avec une technique connue sous le nom de Monster Cropping. Les clones pris pendant la phase de floraison peuvent parfois présenter des schémas de croissance inhabituels et peuvent devenir des monstres aux ramifications folles. Selon la configuration de la culture, il est possible d’en tirer profit. Découvrez la culture des monstres et d’autres techniques très avancées dans ce guide (réservé aux cultivateurs SÉRIEUX).

Ok, vous voulez donc prendre des clones pendant le stade végétatif si possible, mais comment choisir les meilleures plantes mères qui vous donneront les bourgeons les plus puissants et les meilleurs rendements ? Vous ne savez pas encore comment la plante va se développer puisqu’elle est encore au stade végétatif.

Vous pouvez choisir de cloner n’importe quelle plante, et c’est peut-être ce que vous voulez faire si c’est la première fois que vous la clonez. Mais si vous voulez obtenir les meilleurs résultats, vous devez choisir de cultiver des clones à partir des meilleures plantes.

Mais comment savoir quelles plantes seront bonnes quand vous devez cloner au stade végétatif ?

Comment savez-vous si la plante est un garçon ou une fille ?

Exemple de choix d’une partie d’une plante de marijuana à cloner – les clones sont pris près du bas de la racine de la plante, plus rapidement

C’est là que les choses deviennent un peu délicates…

Il existe deux grandes façons d’identifier les plantes mâles et femelles au stade végétatif. En regardant les pré-fleurs ou en prenant un clone précoce et en le faisant fleurir.

Bien que vous puissiez identifier le sexe d’une plante de cannabis lorsqu’elle n’est âgée que de 3 à 6 semaines à partir de la graine, vous pouvez choisir de cloner votre plante plus tôt, et vous ne connaîtrez donc pas le sexe. Pour contourner ce problème, vous pouvez toujours prendre des clones de toutes vos plantes juste avant de les mettre en floraison. Vous obtiendrez ainsi une « copie » au cas où l’une de vos plantes finirait par vous décevoir par sa qualité.

Gardez ces clones au stade végétatif et laissez-les commencer leur croissance. J’ai une tente végétative et une tente de floraison, et je ne fais que coller de nouveaux clones sains dans la tente végétative jusqu’à ce que je sois prêt à les faire fleurir.

Continuez à nourrir ces nouveaux clones et laissez-les commencer à grandir pour devenir des plantes de taille normale. Pendant ce temps, lorsque votre jardin principal commence à fleurir, les plantes « mères » commencent à révéler leurs véritables caractéristiques.

À ce stade, jetez tous les clones qui proviennent d’une plante mâle ou d’une plante qui pousse lentement. Vous serez heureux de les avoir étiquetés !

Après la récolte, vous saurez quelles plantes ont eu les meilleurs rendements, la meilleure croissance, etc. Conservez les clones que vous avez pris de ces meilleures plantes. Ces clones deviendront vos plantes « mères » dont vous pourrez prendre d’autres clones chaque fois que vous aurez besoin de nouveaux bébés.

Comment éviter qu’une plante mère ne devienne trop grande ?

Vous pouvez facilement maintenir une plante mère au stade végétatif pendant deux ans ou plus, à condition de la garder sous un régime de lumière végétative. Tous les clones peuvent être conservés au même endroit jusqu’à ce que vous soyez prêt à les déplacer dans votre principale zone de culture. Veillez à ce que la plante mère soit bien nourrie et heureuse afin que les clones que vous lui enlevez soient sains et forts.

Cependant, si vous maintenez la lumière et les niveaux de nutriments bas, la plante aura tendance à pousser plus lentement, donc vous pouvez conserver la génétique sans faire pousser une plante énorme. Vous pouvez enlever des clones du sommet de la plante pour aider à contrôler la hauteur, et la formation de la plante peut être utilisée pour entraîner une plante à grandir dans presque toutes les tailles et formes.

Profitez de la puissance du clonage de la marijuana !

Le clonage vous donne le pouvoir de prendre une plante et d’obtenir un nombre illimité de nouvelles plantes de cannabis pour pratiquement toujours ! Vous pouvez cloner des clones sans problème. Chaque nouveau clone est une copie génétique de la plante originale.

Prenez votre nouveau pouvoir et aidez-nous à faire croître le monde 🙂

Sexe du cannabis : comment faire la différence entre les jeunes hommes et les jeunes femmes Plantes de cannabis

Vous faites pousser du cannabis chez vous, mais vous n’êtes pas sûr que vos plantes soient mâles ou femelles ? Alors vous êtes au bon endroit ! Cet article va vous montrer comment faire la différence entre les plantes de cannabis mâles et femelles pour les sexer correctement.

En particulier, je veux vous montrer comment nous déterminons le sexe de nos plantes de cannabis alors qu’elles sont encore très jeunes. C’est d’autant plus évident que les plantes commencent à mûrir et à fleurir. D’autre part, il peut être un peu plus difficile de déterminer le sexe des plantes de cannabis au début de la phase de préfloraison, mais c’est tout à fait possible ! Nous parlerons aussi un peu des raisons pour lesquelles il est important de déterminer le sexe des plantes de cannabis, de la différence entre les graines normales et les graines féminisées, de la façon dont nous traitons nos plantes jusqu’au moment où nous connaissons leur sexe, et de ce qu’il faut faire avec les plantes mâles non désirées.

Si vous êtes nouveau chez Homestead and Chill, n’oubliez pas de consulter nos autres articles sur le cannabis ! Nous cultivons principalement à l’extérieur, 100 % biologique, et nous nous efforçons de fournir des informations utiles et faciles à suivre – tant pour les nouveaux cultivateurs que pour les cultivateurs expérimentés. Cet article est destiné à ceux qui peuvent légalement cultiver du cannabis chez eux.

Graines de cannabis féminisées contre graines de cannabis ordinaires

Si vous cultivez à partir de graines féminisées, vous ne devriez pas avoir à vous soucier autant du sexe de vos plantes de cannabis. Bien que ce ne soit pas garanti à 100 %, il y a peu de chances qu’une graine féminisée produise une plante mâle. Environ 1 % en fait. Durant toutes nos années de culture, nous n’avons jamais eu une plante de cannabis cultivée à partir de graines féminisées qui se soit avérée être un mâle – bien que nous ne cultivons qu’une poignée de plantes par an. Les gens qui cultivent des centaines de plantes pourraient bien finir par avoir un mâle rare de temps en temps.

Les graines féminisées sont très recherchées par la plupart des cultivateurs. Elles sont efficaces. Il est presque certain que vous dépensez votre énergie et vos ressources à élever des dames. Cependant, certains cultivateurs acceptent ou même préfèrent les graines ordinaires (non sexuées) ! Nous cultivons un peu des deux.

Pourquoi cultiver des graines de cannabis ordinaires ? Peut-être qu’un cultivateur ou une variété particulière que vous voulez essayer ne contient que des graines normales. Certains cultivateurs pensent que le processus de féminisation n’est pas naturel et préfèrent faire la fête à l’ancienne en ne cultivant que des graines normales. D’autres apprécient le pari et le défi. Quelle que soit la raison, lorsque vous faites pousser du cannabis à partir de graines régulières, les chances d’obtenir toutes les plantes féminines ne sont pas en votre faveur. Vous finirez avec quelques mâles. Par conséquent, vous devez apprendre à faire l’amour avec vos plantes de cannabis ! De plus, nous commençons toujours par plusieurs graines « régulières » supplémentaires – en supposant qu’il y a une chance sur deux que certaines soient éliminées parce qu’elles sont mâles.

Comment sont fabriquées les graines de cannabis féminisées ?

Vous êtes curieux de savoir comment sont créées les graines féminisées ? En bref : la plupart des graines féminisées proviennent de plantes de cannabis qui ont été traitées et modifiées de manière à inhiber les chromosomes mâles. La méthode la plus courante consiste à pulvériser la plante de manière répétée (tous les jours ou plus) avec de l’argent colloïdal. D’autres produits chimiques et composés peuvent également être utilisés, mais ils sont beaucoup moins accessibles. L’argent colloïdal est techniquement « non toxique », mais vous ne voulez pas le fumer ! Ainsi, la plante est sacrificielle – utilisée pour la production de pollen et de graines uniquement.

Les traitements répétés à l’argent colloïdal provoquent la répression de l’éthylène de la plante, qui est la substance qui crée les fleurs mâles. Au lieu de cela, la plante femelle traitée produira des sacs de pollen remplis de pollen FEMINININ (XX plutôt que XY). Ensuite, les sélectionneurs utilisent le pollen femelle pour polliniser les fleurs femelles, ce qui permet de développer des graines entièrement femelles.

Une autre façon de créer des graines de cannabis féminisées est appelée rodelisation. Il s’agit d’une méthode plus naturelle mais peu fiable, et moins fréquemment utilisée par les sélectionneurs. Vers la fin d’une saison de croissance, une plante de cannabis femelle non pollinisée produit parfois des sacs de pollen dans une tentative désespérée de se polliniser. Ce pollen peut être utilisé pour essayer de créer des graines féminisées, mais comme l’éthylène n’a pas été réprimé, il peut aussi donner des graines mâles.

Pourquoi les plantes de cannabis sexuelles ? Le rôle des plantes mâles et femelles

En général, le cultivateur familial moyen veut des plantes de cannabis femelles. Ce sont les femmes qui produisent les fleurs les plus grosses, les plus résineuses et les plus puissantes – les « buds ». Les plantes de cannabis mâles ne sont désirables que si quelqu’un veut cultiver du cannabis et en conserver les graines (ce qui est un tout autre sujet pour un autre jour). Même dans ce cas, le cultivateur voudra repérer la différence entre les plantes mâles et femelles et les séparer très tôt, à moins qu’il ne souhaite un croisement et une pollinisation libres entre plusieurs types de taches.

Non seulement les mâles sont moins désirables, mais les plantes mâles de cannabis interfèrent avec la qualité et la production de votre plante femelle. Les mâles cultivent des sacs de pollen, et produisent du pollen. Lorsqu’une plante de cannabis femelle est pollinisée par un mâle voisin, son énergie se déplace vers la production de graines.

Comme la plupart des choses dans la nature, les plantes de cannabis femelles ont une volonté biologique de se reproduire. Une fois l’acte accompli, elle s’assoit et se détend. Bien qu’une plante de cannabis femelle pollinisée développe toujours des « buds » de taille décente, ils sont généralement de moindre qualité et contiennent moins de THC et d’autres cannabinoïdes désirables. Sans compter qu’elles seront pleines de graines. Si elles ne sont pas pollinisées, les fleurs (boutons) d’une plante de cannabis femelle continueront à gonfler, à développer plus de trichomes et à devenir de plus en plus résineuses. Elle essaie de devenir aussi collante et large que possible pour attraper le pollen dans le vent. Cette douce sinsemilla – alias cannabis non fertilisé et sans graines.

Quand faire l’amour avec des plantes de cannabis

Notre objectif ici aujourd’hui est d’apprendre à faire la différence entre les plantes de cannabis mâles et femelles dès le début, afin que vous puissiez éloigner les mâles des femelles le plus vite possible ! Cela vous aidera à protéger vos plantes femelles, mais vous évitera aussi de perdre du temps, des ressources et de l’énergie à vous occuper de plantes mâles que vous n’avez pas l’intention de garder.

N’oubliez pas que chaque variété et chaque installation de culture (par exemple, à l’intérieur, à l’extérieur, à la lumière du jour) crée des circonstances différentes, la plupart des plantes de cannabis commencent à préflorer dès 4 semaines après la germination. Dès la sixième semaine, les pré-fleurs commencent à révéler leur sexe et vous devriez être en mesure d’identifier le sexe à l’aide des conseils à suivre. Une fois que les plantes sont en pleine floraison (8 à 10 semaines en moyenne, pour une culture naturelle en extérieur), les différences entre les plantes mâles et femelles seront évidentes. Nous parlerons plus en détail de l’aspect exact de chaque sexe dans un instant.

Jusqu’à ce que nous puissions déterminer le sexe avec certitude, nous continuons à traiter les plantes de la même manière. Nous commençons nos graines dans de petits pots de pépinière de 10 cm. Environ deux semaines après la germination, nous mettons les plantules en pot dans un « pot à sexe » d’environ deux gallons (taille commerciale) comme ces pots de pépinière sans BPA. Cela permet à chacun de continuer à grandir de manière heureuse et saine pendant plusieurs semaines encore*. Ensuite, une fois qu’on peut sûrement faire la différence entre les plantes de cannabis mâles et femelles, seules les dames emménagent dans leur maison pour toujours – des sacs de culture de 15 à 25 gallons remplis de terre vivante organique recyclée. Pour en savoir plus sur notre recette de terre et sur la façon dont nous l’entretenons, consultez cet article.

Comment faire la différence entre les plantes de cannabis mâles et femelles en pré-floraison

Afin de pouvoir faire l’amour correctement avec les plantes de cannabis, vous devez vous familiariser avec leur anatomie en général. Les mâles et les femelles produisent des pré-fleurs et des fleurs aux jonctions entre les tiges ou les branches. Les toutes premières pré-fleurs apparaissent dans le creux entre la tige principale de la plante et une tige de feuille en éventail (pétiole), généralement près du sommet de la plante. La bonne nouvelle, c’est que les mâles commencent généralement à se développer et à se montrer plus tôt que les femelles. Je suppose que l’idée est que les mâles veulent que leur pollen soit prêt et qu’ils attendent que les femelles se joignent à la fête ?

Anatomie du cannabis, avec l’aimable autorisation de la Colorado Cannabis School

Recherchez les pré-fleurs des plantes aux jonctions tige/branchement les plus élevées, comme décrit ci-dessus. Si nécessaire, utilisez une loupe de bijoutier pour mieux voir ! C’est le même outil de grossissement que l’on utilise couramment pour examiner les trichomes et déterminer si la plante est prête à être récoltée. Ensuite, repérez la stipule, qui est un rabat pointu et feuillu qui dépasse de la jonction. Ne confondez pas cela avec une pré-fleur ! Les parties sexuelles du cannabis sont situées juste derrière la stipule. Derrière les parties sexuelles de la pré-fleur, des pointes de croissance plus hautes vont émerger – de futures branches auxiliaires qui produisent des bourgeons.

Identification d’une plante de cannabis mâle
Très tôt, la pré-fleur mâle (sacs polliniques précoces) ressemble simplement à une version plus ronde que la partie femelle de la pré-fleur. Elle est souvent appelée « pique », comme la couleur pique dans les cartes – accroupie avec un fond bulbeux et une très légère pointe. Lorsqu’elle devient légèrement plus grande, la pré-fleur mâle ressemble à une boule au bout d’un bâton. La pré-fleur mâle est appelée une staminée. Ensuite, la staminée finit par se transformer en un long sac suspendu de bébés bananes – les sacs à pollen. Il est à espérer que vous pourrez identifier et éliminer les mâles avant qu’ils n’atteignent ce stade.

Si vous n’êtes toujours pas sûr du sexe de votre plante de cannabis, attendez avant de prendre des décisions drastiques ! Mais si vous êtes assez sûr, considérez certaines de ces autres différences communes entre les plantes mâles et femelles. Cela vous aidera peut-être à prendre une décision avec plus d’assurance.

Autres différences courantes entre les plantes de cannabis mâles et femelles

Outre les différences évidentes entre les fleurs, il existe quelques caractéristiques (potentielles) de tendance entre les plantes de cannabis mâles et femelles. Dans de nombreux cas, les plantes de cannabis mâles ont tendance à être plus gangrénées. Elles peuvent être hautes, étroites, avoir moins de feuilles en éventail et un plus grand espacement entre les branches – également appelé espacement inter-nodal. En revanche, les plantes de cannabis femelles sont généralement plus compactes et plus touffues que les mâles.

Gardez à l’esprit que ces caractéristiques ne sont pas garanties et ne doivent pas être la seule façon d’avoir des relations sexuelles avec les plantes de cannabis ! Les variations entre les souches et les phénotypes peuvent conduire à toutes sortes de choses folles. La structure générale de la plante peut simplement vous donner un indice si vous êtes sur la défensive.

Ma plante de cannabis est mâle ! Et maintenant ?

J’espère que vous avez commencé quelques graines supplémentaires, et qu’il vous reste encore beaucoup de dames à faire pousser ! Une fois que vous aurez déterminé que vous avez une plante de cannabis mâle, débarrassez-vous en. Encore une fois, à moins que vous ne vouliez la pollinisation et les graines, il est préférable d’éliminer les mâles le plus tôt possible. Il ne suffit pas de séparer les plantes. Même si vous déplacez la plante mâle dans une autre partie de votre jardin, le pollen peut être emporté par le vent. Il y a des histoires de plantes de cannabis femelles qui ont été pollinisées par des voisins poussant à plusieurs blocs de distance.

Cependant, les mâles réformés n’ont pas besoin d’être gaspillés ! Une possibilité consiste à couper la plante mâle et à l’utiliser pour broyer d’autres plantes, un peu comme nous le faisons pour la bourrache, les fèves, l’achillée millefeuille et la consoude. Vous pouvez aussi en faire du jus, car les feuilles sont pleines de nutriments. Vous pouvez même tremper la plante dans l’eau pour créer un engrais naturel, comme nous le faisons avec l’ortie. Enfin, je suis sûr que votre tas de compost accueillera la plante mâle à bras ouverts. Ou alors… avec des vers ouverts ?

Huile de CBD pour l’anorexie. Pourquoi ca peut marcher ?

L’anorexie est une maladie dont vous entendez beaucoup parler, mais que vous ne comprenez probablement pas très bien; si vous décrivez quelqu’un de particulièrement maigre comme étant «anorexique» ou que vous lisez dans un magazine de mode horrible qui le recommande comme méthode pour maintenir un poids idéal, vous avez probablement une vision très biaisée de la condition.

En fait, l’anorexie nerveuse est un trouble psychiatrique grave qui affecte non seulement l’état physique de la victime, mais aussi son bien-être mental et psychologique.

De toute évidence, le remède recommandé commun pour l’anorexie mentale est de simplement manger plus, mais cela n’aide tout simplement pas lorsque le problème existe dans votre esprit et en raison de l’image de soi.
Il existe de nombreux médicaments et traitements pour essayer de traiter l’anorexie mentale, mais il y a une chose que beaucoup de gens n’ont pas encore essayée.

Pourrions-nous utiliser Huile de CBD comme méthode pour traiter l’anorexie?

Qu’est-ce que l’anorexie?

Tout d’abord, l’anorexie est beaucoup plus que vous ne le pensez. Effacez cette image d’une jeune fille de 19 ans qui n’aime pas manger beaucoup – c’est un produit de médias mal éduqués.

L’anorexie est un trouble de l’alimentation et donc un trouble psychiatrique. Lorsqu’une personne souffre d’anorexie, elle s’efforce de maintenir son poids le plus bas possible en mangeant trop ou en faisant trop d’exercice.

Ce n’est pas non plus un simple problème alimentaire; l’anorexie a le taux de mortalité le plus élevé de tous les troubles psychiatriques, provoquant la mort des victimes de la maladie en raison de leur propre image de soi.
Cette phrase clé, l’image de soi, est la principale composante de ce qui constitue l’anorexie. La plupart des gens ne comprennent pas que ce n’est pas seulement vouloir être mince, c’est une véritable contrainte psychologique.
Les personnes anorexiques se voient différemment de la façon dont une personne en bonne santé se comporte. Quand ils se regardent dans un miroir, ils ne voient pas leur poids réel, mais ils se voient plutôt comme quelque chose de répugnant et d’insatisfaisant. Leur désir de s’améliorer, à leurs yeux, vient d’un sens déformé de l’estime de soi.

Le traitement de l’anorexie est particulièrement difficile, car la cause de l’anorexie est difficile à cerner. Selon le NHS *, le traitement de l’anorexie est limité à différents types de thérapie cognitivo-comportementale, ainsi qu’à la possibilité d’utiliser des antidépresseurs et des médicaments anti-anxiété.

Cependant, il est possible que l’huile de CBD puisse aider ceux qui souffrent d’anorexie.

Quel est le problème de l’huile de CBD?

Le CBD est le composant non psychoactif de Cannabis Sativa, la fameuse plante connue pour attirer les utilisateurs. Sauf qu’en réalité, cela n’a pas nécessairement cet effet. Le THC est la composante de la marijuana qui provoque le high – le CBD ne fait rien de la sorte.

En fait, le CBD a un certain nombre de propriétés médicales utiles. Le CBD travaille aux côtés du THC pour vous aider à être en meilleure santé et à contrer certains des effets indésirables du THC *.

Le CBD, une fois que vous l’avez absorbé, fonctionne avec le système endocannabinoïde, le système qui existe dans tout le corps et aide à réguler une variété de fonctions, y compris la repousse cellulaire et la libération de produits chimiques cérébraux. Le CBD interagit avec les récepteurs CB1 et CB2, ce qui encourage le corps à se guérir naturellement en vous convaincant que tout va bien, il n’est donc pas nécessaire que le corps se punisse d’inflammation ou de douleur.

Cependant, comment le CBD pourrait-il aider ceux qui souffrent d’anorexie? L’anorexie existe dans l’esprit, alors comment le système endocannabinoïde pourrait-il jouer un rôle?

Huile de CBD, appétit et sensation alimentaire

Lorsque le CBD pénètre dans votre corps et interagit avec vos récepteurs CB1 et CB2, il déclenche une variété d’effets différents dans votre corps.

En raison du fait que le système endocannabinoïde existe dans tout votre corps – même dans votre peau! – cela peut avoir des effets différents selon ce que vous vivez.

L’un des effets du CBD sur votre corps est d’augmenter votre appétit. Cela a été démontré dans une étude * menée par Scherma et al. pour la publication Current Pharmaceutical Design.

Les chercheurs ont découvert que les agonistes CB1 – le terme scientifique pour décrire tout ce qui aide à déclencher le récepteur – possèdent des effets orexigènes, qui améliorent l’appétit et augmentent la valeur gratifiante réelle des aliments. Il est important de se rappeler qu’une personne souffrant d’anorexie ne veut pas simplement ne pas manger de nourriture, mais elle perd l’association positive que nous avons lorsque nous mangeons de la nourriture qui nous nourrit.

Pensez à la dernière fois que vous étiez affamé et que vous avez finalement mangé quelque chose de nutritif – ce sentiment agréable et content était le résultat direct d’une relation saine avec la nourriture. Les personnes atteintes d’anorexie mentale n’ont pas ce sentiment.

Le récepteur CB1 aide à déclencher cette sensation, permettant aux anorexiques à la fois de vouloir manger plus et de se sentir mieux en mangeant en premier lieu.

Huile de CBD et effets antidépresseurs

L’anorexie est souvent liée à la dépression, car lorsque les gens souffrent de dépression, ils ont également tendance à développer d’autres conditions psychologiques.

Pour les femmes, en particulier les femmes plus jeunes du monde occidental, cela se manifeste souvent par une anorexie.

Bien que cela ne signifie pas que l’anorexie est causée par la dépression, cela signifie que les personnes souffrant d’anorexie souffrent également souvent de dépression, ce qui ne contribue qu’à leur faible estime de soi et, par conséquent, à la progression de leur trouble alimentaire.

Pour cette raison, le traitement de la dépression peut aider les personnes souffrant d’anorexie à surmonter leurs faibles sentiments d’estime de soi.

Le CBD a été prouvé par de nombreux chercheurs qu’il peut aider à traiter la dépression, comme l’a démontré une étude * par Haj-Dahmane et Shen pour le Journal of Neuropharmacology, qui a découvert que le système dans le corps qui contrôle la libération de sérotonine – le principe chimique dans votre cerveau qui régit ce que vous ressentez – est en partie contrôlée par le récepteur CB1.

En déclenchant le récepteur CB1, le CBD a le potentiel d’aider à traiter les symptômes de la dépression en garantissant que les gens sont en mesure de ressentir plus facilement une quantité saine de libération de sérotonine.

Ce manque de sérotonine est l’un des principaux symptômes de la dépression, et donc l’une des principales raisons des sentiments d’apathie et de mauvaise humeur générale associés à la maladie.

Cela a également l’avantage de ne pas présenter les symptômes inconfortables que les antidépresseurs donnent souvent à la personne déprimée, tels que l’infâme «nivellement» des émotions, ce qui signifie que le patient est incapable de ressentir des hauts ou des bas extrêmes d’émotion.

Huile de CBD et effets anti-olytiques

Enfin, l’un des autres principaux facteurs contribuant à l’anorexie est la sensation d’anxiété.

L’anxiété est la difficulté à décrire la sensation d’être submergé par les moments et les choix de la vie quotidienne. Cette anxiété peut se manifester de plusieurs façons, mais pour les personnes anorexiques, leurs angoisses sont liées à leur image de soi et à leur corps.

En traitant l’anxiété, il est également possible d’aider à traiter ce symptôme d’anorexie.

Diverses études ont été réalisées dans le but d’explorer les effets anti-olytiques – c’est-à-dire aider à stopper l’anxiété – du CBD. Une étude célèbre * menée par Zone et al. a constaté que le CBD réduire la quantité de stress et d’anxiété souffert chez les animaux de laboratoire. En les dosant avec différents niveaux de CBD, les chercheurs ont pu prouver que le CBD aide à réduire les niveaux de stress et d’anxiété en raison des réponses du rat à une variété de stimuli stressants.

Parallèlement, une étude supplémentaire * de Crippa et al. ont constaté que, lorsque les gens se dose de marijuana pour faire face à l’anxiété, c’est en fait le CBD – et non le THC – qui leur fournit les effets anti-olytiques.

Cet effet anti-olytique imite le résultat de nombreux médicaments anti-anxiété couramment utilisés, mais le CBD n’inflige à l’utilisateur aucun des nombreux effets secondaires qui surviennent fréquemment avec les médicaments anti-anxiété.

Réflexions finales sur le CBD pour l’anorexie

Le CBD est l’un de ces médicaments qui fonctionne de différentes manières, produisant une variété d’effets. Il est également extrêmement subjectif, ce qui signifie que pour l’un, il peut fonctionner alors que pour un autre, il peut ne pas fonctionner.

Au lieu d’être une substance artificielle qui modifie la chimie de votre corps de manière potentiellement dangereuse, le CBD fonctionne simplement pour accélérer ou rectifier les problèmes dans le corps humain en utilisant le système endocannabinoïde déjà en place.

Cela signifie qu’il pourrait aider à traiter les affections qui sont principalement causées par quelque chose qui ne va pas dans le corps humain.

Dans le cas de l’anorexie, bien que nous n’ayons pas de remède définitif pour la condition elle-même (en raison du fait qu’il s’agit d’un trouble psychiatrique et qu’il est plutôt difficile de le soigner entièrement), nous pouvons aider à traiter les problèmes qui conduisent à l’anorexie, comme le manque d’appétit et la perte d’association positive avec la nourriture.

Peut-être plus important encore, nous pouvons aider à traiter la dépression et l’anxiété, deux des troubles psychologiques les plus fréquemment associés.

En utilisant du CBD, il est possible que vous puissiez aider à traiter l’anorexie en traitant toutes les diverses conditions qui l’entourent, ce qui facilite grandement la guérison de la victime.

Il ne peut pas guérir complètement le trouble, mais il peut aider à faire ce premier pas.

Que penser de l’acné et du CBD ?

L’industrie des soins de la peau est en plein essor en ce moment. De plus en plus de personnes se rendent compte des avantages qu’il y a à travailler sur la santé et l’état de leur peau, et de nouveaux produits apparaissent un peu partout pour répondre à cette demande. Il semble que nous ne puissions pas passer un mois sans voir apparaître un nouveau produit vedette ou une super food censée résoudre tous nos problèmes.

L’acné est une des maladies de la peau qui causent le plus de chagrin chez beaucoup de gens. Beaucoup d’entre nous connaissent l’acné en tant qu’affection, mais pas nécessairement la cause de ces imperfections cutanées. L’acné est une affection de la peau où les follicules sont obstrués par de l’huile ou des cellules mortes. Cela provoque une réaction immunitaire et inflammatoire de la peau, qui se traduit par les lésions rouges enflammées et souvent remplies de pus que nous associons à l’acné. L’acné apparaît le plus souvent sur le dos, le visage ou les épaules. Elle se manifeste chez des personnes de tous âges et peut être affectée par l’alimentation, les soins de la peau, les émotions et les hormones.

Les jeunes adultes et les adolescents constituent un groupe particulier de personnes qui sont une cible générale de l’acné. Comme la plupart d’entre vous le savent, il peut être très pénible d’avoir une affection cutanée visuelle à ce stade de votre vie.

Les chercheurs explorent de nouvelles façons de lutter contre l’acné et d’aider le processus à atténuer les symptômes ainsi qu’à réduire les cicatrices que cette affection provoque couramment. L’un des aspects les plus intéressants de l’industrie des soins de la peau est qu’elle est pleine d’esprits créatifs et d’innovateurs qui cherchent toujours à créer de nouveaux produits utiles.

Le CBD est un ingrédient de soin de la peau qui a fait l’objet de beaucoup d’attention récemment. Cet ingrédient naturel se trouve dans une grande variété de produits de soins personnels intéressants, des palettes de maquillage et des sprays aux hydratants et teintures. La communauté des soins de la peau est de plus en plus ouverte à l’utilisation du CBD car il présente de nombreux avantages.

Dans l’article du blog d’aujourd’hui, nous allons examiner comment les produits du CBD peuvent être utilisés pour l’acné et comme produit de soin de la peau en général. C’est vraiment un héros émergent du monde de la beauté et des soins de la peau, et nous sommes de grands fans de la façon dont le CBD soutient la santé de la peau.

Que vous souhaitiez en savoir plus sur le CBD en tant que produit, sur les raisons d’utiliser les produits CBD dans leur ensemble ou sur la manière dont ils pourraient aider les personnes souffrant d’acné, nous avons ce qu’il vous faut.

Qu’est-ce que le CBD ?

Pour être sûr que nous sommes tous sur la même longueur d’onde, examinons ce qu’est réellement le CBD.

Ce composé naturel et organique se trouve dans la plante de cannabis. Si vous souhaitez obtenir des informations générales sur la CBD, consultez notre autre article plus détaillé ici. Le CBD n’est pas psychoactif, donc il ne vous rend pas intoxiqué comme le cannabis le fait et il a de nombreux effets bénéfiques sur la santé.

La forme la plus courante de CBD est le pétrole de la CBD. Cette huile est obtenue en extrayant le CBD de la plante de cannabis et en le mélangeant à une huile de base. Les huiles de base telles que l’huile de noix de coco et l’huile de graines de chanvre sont le plus souvent utilisées pour formuler le CBD à la concentration et à la méthode de dosage appropriées. L’huile de CBD peut ensuite être transformée en produits finis tels que des gels mous, des teintures, ou encore des produits comestibles.

Quels produits de soins personnels contiennent du CBD ?

La liste des produits que vous pouvez trouver avec le CBD ne cesse de s’allonger, car de plus en plus d’entreprises reconnaissent les effets positifs du CBD sur la santé de la peau. Parmi les produits les plus intrigants que l’on peut trouver actuellement sur le marché, on trouve

  • Palettes de maquillage infusé
  • Les huiles essentielles
  • Huiles de barbe
  • Shampoing
  • Crèmes à raser
  • Les bodysprays
  • Hydratants et crèmes
  • Mascara et gels à sourcils
  • Collations, bonbons et produits comestibles
  • Boissons et thés infusés
  • Sprays et teintures orales
  • Masques faciaux
  • Vitamines et teintures

Cette liste n’est en aucun cas exhaustive. Des produits nouveaux et passionnants sont développés et lancés chaque jour par des entreprises de soins et de beauté. D’autres industries lancent des produits créatifs contenant du CBD.

Si vous souhaitez savoir comment intégrer les produits CBD dans votre régime de santé, nous vous recommandons de consulter les médias sociaux pour en savoir plus. Chaque jour, les médias sociaux publient des articles sur la manière dont les gens utilisent les produits CBD pour leurs bienfaits sur la santé, et vous trouverez certainement en ligne des personnes d’influence intéressantes qui vous aideront dans votre quête du CBD.

Pourquoi les gens utilisent-ils les produits au CBD ?

La CBD attire également l’attention sur l’amélioration du bien-être mental. Les personnes souffrant d’anxiété explorent le CBD pour produire un effet calmant en alternative aux médicaments débilitants délivrés sur ordonnance. Le CBD peut être utilisé par des personnes souffrant de différents problèmes d’anxiété, notamment les troubles paniques, les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), pour un grand bénéfice avec un minimum d’effets secondaires.

La principale raison pour laquelle les personnes souffrant d’anxiété utilisent le CBD est qu’il produirait un effet calmant sans altérer la fonction mentale. Les produits CBD fabriqués à partir de chanvre industriel contiennent peu ou pas de THC. C’est une bonne chose pour les personnes souffrant de problèmes d’anxiété, car le THC peut aggraver l’anxiété et les faire se sentir plus mal. Le CBD a un effet calmant, ce qui en fait peut-être une excellente alternative pour aider les gens à faire face à leur anxiété et à se concentrer sur les problèmes de la vie quotidienne.

Une autre raison pour laquelle les gens utilisent les produits CBD est qu’ils en tirent de nombreux avantages pour la santé. Les personnes souffrant de maladies chroniques ou de blessures utilisent souvent les huiles et les crèmes du CBD comme alternative aux analgésiques ou aux opioïdes en vente libre.

Le CBD est également exploré pour ses propriétés anti-inflammatoires, ce qui nous ramène au sujet principal de ce billet de blog. L’activité anti-inflammatoire du CBD pourrait être la raison pour laquelle le CBD a été signalé, tant dans des articles de recherche scientifique que dans des articles de consommateurs de médias sociaux, comme étant utile dans un large éventail de problèmes de santé, y compris l’acné. Nous examinerons plus en détail comment le CBD peut aider à lutter contre l’acné, en particulier plus loin dans l’article de blog.

Le CBD peut-il être utilisé pour l’acné ?

Comme nous l’avons déjà dit, le CBD est en train de faire un tabac dans le monde des soins de la peau. Il existe actuellement sur le marché un grand nombre de produits liés au cannabis et au CBD, et vous aurez de nombreuses possibilités pour choisir votre fournisseur et vos produits CBD.

Alors, le CBD peut-il être utilisé pour l’acné ? C’est possible, mais les recherches au moment de la rédaction de cet article sont encore en cours. Certaines études intrigantes montrent comment le CBD peut interagir avec la chimie du corps pour réduire la production de sébum qui peut favoriser l’accumulation d’acné et diminuer la réponse inflammatoire qui entraîne des lésions cutanées et des pustules.

Les produits à base de CBD sont très apaisants et peuvent favoriser la cicatrisation de la peau. Ils sont excellents pour apaiser les points d’acné douloureux et réduire l’accumulation de cicatrices. C’est pourquoi de nombreuses sociétés de maquillage font actuellement la promotion du CBD dans leurs sérums ou huiles pour le visage.

Autres éléments importants à connaître sur l’utilisation des produits CBD

Pour terminer cette chronique, il est important de noter quelques éléments clés dont les utilisateurs de la CBD doivent être conscients lorsqu’ils utilisent ces produits. D’une manière générale, l’huile et les autres produits du CBD sont des outils très pratiques et positifs pour la santé, mais il faut être conscient de certains points.

Lorsque vous recherchez votre fournisseur de CBD, assurez-vous que l’entreprise fournisse une certification du contenu du CBD et de la pureté du produit. De nombreuses entreprises font la promotion de l’huile de chanvre comme huile de chanvre dans leurs produits. L’huile de chanvre ne contient pas de CBD. De nombreux groupes de protection des consommateurs ont signalé que jusqu’à 70 % des produits CBD ne contiennent pas la quantité de CBD indiquée sur l’étiquette, ce qui réduit les effets bénéfiques que la CBD peut procurer.
Il faut également garder à l’esprit que les produits synthétiques du CBD peuvent être tout à fait nocifs. Des cas d’empoisonnement aigu liés à de faux produits CBD ont été signalés. C’est pourquoi il est si important de faire des recherches sur les produits que vous avez choisis et sur l’entreprise à laquelle vous achetez également.

Bien que le CBD dérivé du chanvre industriel soit légal au niveau fédéral, il peut exister des lois et des législations locales. Si vous n’êtes pas sûr des lois et des législations locales de votre lieu de résidence, n’oubliez pas de vous renseigner avant d’acheter et d’utiliser tout produit. Il est important de faire vos recherches.

Huile de CBD: est-elle sûre à utiliser pendant la grossesse et l’allaitement?

L’huile de CBD semble être à la mode ces jours-ci comme traitement pour toute une gamme de maux, y compris le stress et la douleur. L’acceptation et la légalité croissantes de la marijuana dans de nombreux États ont déclenché une inondation de produits pétroliers au CBD sur le marché. Vous pouvez trouver des lattes, des gommes, des bonbons, des lotions et des produits de beauté enrichis de CBD presque partout, avec des fans exaltant leurs pouvoirs de guérison.

Mais aucun n’a été approuvé par la Food and Drug Administration (FDA) ou réglementé en termes de dosage, de formulation ou de mode de livraison. Et bien que l’huile de CBD, qui provient de la plante de cannabis, ne semble pas créer de dépendance, il n’a pas été démontré qu’elle est sans danger pour les femmes enceintes et allaitantes.

Qu’est-ce que l’huile de CBD?

L’huile de cannabidiol (CBD) est fabriquée en extrayant le CBD de la plante de cannabis, puis en diluant l’essence avec une huile neutre, généralement comestible. Contrairement au THC, l’ingrédient le plus actif du pot – et celui qui vous fait planer – le CBD est vanté pour ses propriétés médicinales mais ne vous donne pas le buzz. Les gens utilisent l’huile de CBD en mettant quelques gouttes sous la langue, en l’appliquant sur la peau ou en inhalant une vapeur produite à partir de l’huile. Les partisans disent qu’il a un effet calmant qui aide au stress et au sommeil.

À quoi sert l’huile de CBD?

La plupart des personnes qui utilisent de l’huile de CBD cherchent à soulager l’insomnie, la douleur, l’anxiété, la dépression ou les nausées. Bien qu’il existe des recherches sur son utilisation comme traitement pour une variété de conditions plus graves, y compris l’épilepsie, la schizophrénie, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, l’anxiété et même les lésions cérébrales traumatiques, les médecins avertissent que cela peut interférer avec d’autres médicaments et provoquer des effets secondaires y compris la dépression.

L’huile de CBD est-elle sûre à utiliser pendant la grossesse?

Bien qu’il y ait peu de recherches sur l’utilisation de l’huile de CBD pendant la grossesse, les experts disent de l’éviter. L’American College of Obstetricians and Gynecologists (ACOG) recommande que les femmes enceintes ou envisageant une grossesse ne consomment pas de marijuana ni aucun de ses sous-produits, y compris la marijuana médicale. Des études montrent que la consommation de marijuana pendant la grossesse peut entraîner des bébés plus petits avec un poids de naissance inférieur et d’autres résultats indésirables. Pour cette raison, l’American Academy of Pediatrics (AAP), l’ACOG et le chirurgien général américain avertissent tous les femmes enceintes de ne pas fumer ou vaporiser de la marijuana ou d’utiliser des sous-produits.

Ne vous inquiétez pas si vous avez siroté un soda enrichi de CBD avant d’apprendre que vous êtes enceinte (mais mentionnez-le à votre médecin). Bien qu’il existe des preuves que les ingrédients actifs de la marijuana peuvent nuire à un bébé en développement, la recherche existante a principalement porté sur l’utilisation répétée et régulière de pots chez les femmes enceintes.

Si vous êtes enceinte et tentée d’essayer l’huile de CBD, la meilleure chose à faire est d’en discuter avec votre médecin. Il ou elle peut offrir d’autres moyens, sans danger pour la grossesse, d’améliorer vos symptômes et vous conseiller sur tous les risques et effets secondaires potentiels de l’huile de CBD – pour vous et pour le bébé.

Quels sont les risques ou les inconvénients possibles de l’utilisation de l’huile de CBD pendant la grossesse?

Il n’existe pas encore de recherche approfondie sur les femmes enceintes en bonne santé et le CBD. Mais même les produits les moins dosés ne sont pas considérés comme sûrs pendant la grossesse. La recherche montre que lorsque les mamans fument ou mangent de la marijuana, les produits chimiques traversent le placenta et atteignent le fœtus. L’exposition à la marijuana pourrait perturber le développement normal du cerveau fœtal et augmenter votre risque de donner naissance à un bébé plus petit ou même mort-né, bien qu’il n’y ait aucune donnée suggérant que l’huile de CBD seule comporte les mêmes risques.

Néanmoins, l’huile de CBD est un nouveau marché largement non réglementé. Il existe des dizaines de rapports de cas de produits commercialisés comme du CBD « pur » contaminé par des substances que vous ne voulez nulle part près d’un bébé en croissance, y compris le THC, les pesticides, les métaux toxiques et les bactéries.

L’huile de CBD est-elle sûre à utiliser pendant l’allaitement? Quels sont certains des risques?

Bien qu’il n’y ait aucune étude sur l’utilisation de l’huile de CBD pendant l’allaitement, les experts déconseillent également cela. Des études montrent que les produits chimiques ingérés pendant la consommation de marijuana peuvent passer par le lait maternel, affectant potentiellement votre tout-petit (bien qu’il n’y ait aucune étude qui montre directement comment l’huile de CBD pourrait affecter un bébé qui allaite). Une autre raison de ne pas utiliser l’huile de CBD pendant l’allaitement: son utilisation peut vous rendre somnolent ou légèrement intoxiqué, vous risquez donc d’avoir un jugement altéré lorsque vous prenez soin de votre enfant.

Quelles sont les alternatives à l’huile de CBD lorsque je suis enceinte ou que j’allaite?

Pendant la grossesse, votre corps crée un environnement chaleureux et nourrissant pour votre bébé – et une cascade de symptômes inconfortables pour vous. La montée des hormones, le déplacement des fluides et une bosse en plein essor dans votre abdomen peuvent provoquer des nausées (le matin et à tout moment, en particulier pendant le premier trimestre), l’insomnie, les sautes d’humeur et l’anxiété. Faire face aux drogues ou à l’alcool n’est pas sûr, mais il existe une gamme d’options pour gérer vos symptômes et vous aider à vous sentir mieux:

La nausée. Une stratégie surprenante pour étouffer les nausées dans l’œuf est de manger, même si la pensée de la nourriture vous fait mal à l’estomac. Essayez de grignoter des collations et des repas plus petits plus souvent et assurez-vous que votre estomac ne se vide jamais complètement (c’est à ce moment-là que vous êtes le plus susceptible de vomir).

Gardez beaucoup de nourriture à portée de main. Demandez à quelqu’un qui n’a pas le vertige d’avoir des nausées de courir au magasin et de remplir votre cuisine avec des sucettes pour le ventre comme des craquelins, des bananes et des soupes, et assurez-vous de garder quelque chose à manger près de votre chevet. Évitez les aliments très épicés, frits ou gras, qui peuvent déranger votre estomac même si vous n’êtes pas enceinte. Certaines futures mamans ne jurent que par le gingembre – dans des bonbons ou trempées et sirotées comme du thé. D’autres disent que croquer la glace ou sucer du jus de citron frais aide à apaiser leur estomac.

Si ces remèdes contre les nausées et d’autres médicaments ne font pas l’affaire, demandez à votre médecin des médicaments sur ordonnance pour les nausées sévères. Et rappelez-vous – il n’y a aucune preuve que la marijuana sous quelque forme que ce soit est utile contre les nausées matinales.

Insomnie. Si vous avez déjà essayé du lait chaud, des bains moussants et des massages des pieds pour vous apaiser pendant votre grossesse, vous pouvez demander à votre médecin des médicaments en vente libre ou même sur ordonnance qui sont sûrs à prendre. Peu importe à quel point vous vous sentez épuisé, ne prenez aucun somnifère – y compris des tisanes ou des suppléments «naturels» – sans consulter votre praticien.

Anxiété et dépression. Les sautes d’humeur, les peurs irrationnelles et les crises de larmes peuvent frapper quand vous vous y attendez le moins, même si vous êtes ravie de votre grossesse. La croissance des hormones, l’évolution de votre corps, l’isolement social et le manque de sommeil peuvent tous concourir à vous faire sentir inquiet, stressé ou déprimé. Que faire? Des études suggèrent que la thérapie par la parole, la luminothérapie et le fait de prendre soin de vous peuvent aider à atténuer vos sentiments. Partagez vos sentiments avec votre praticienne et ne prenez aucun médicament sans qu’elle soit d’accord. Certains antidépresseurs peuvent être utilisés sans danger pendant la grossesse.

Porter un bébé et prendre soin d’un nouveau-né sont des expériences intenses, à la fois émotionnellement et physiquement. Mais ne succombez pas à l’envie d’essayer l’huile de CBD. Il existe des preuves suggérant que ce n’est pas sûr pour vous ou votre bébé, et il existe de nombreuses autres façons de vous aider à gérer les effets secondaires moins agréables de la grossesse et du stade post-partum.

Le CBD donne t’il les yeux rouges ?

Les yeux rouges, qui pleure et enflammés sont un effet secondaire de la consommation de cannabis. Mais cet effet secondaire est correlé à la beuh à forte teneur en THC.

Quid du cannabidiol ? Le CBD donne t-il yeux rouges ? NON. Nous allons voir dans la suite de l’article pourquoi et détailler la réponse.

Cannabis, CBD et yeux injectés de sang

Le cannabis aide à apaiser une longue liste de symptômes médicaux. Les plantes de cannabis peuvent présenter des différences considérables. En ce qui concerne les effets sur le corps humain, le THC (tétrahydrocannabinol) et le CBD (cannabidiol) sont généralement considérés comme les deux composés les plus connus pour avoir un impact notre cerveau.

En ce qui concerne les yeux rouges, le THC est le seul responsable. Lorsque le THC pénètre dans l’organisme, il fait baisser la pression sanguine et dilate ainsi les vaisseaux sanguins. Cela inclut les petits vaisseaux sanguins qui se trouvent derrière l’œil.

Lorsque les vaisseaux se dilatent (s’élargissent), le flux sanguin vers les yeux augmente de manière assez importante. Cela contribue à faire baisser la pression accumulée et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle le cannabis à haute teneur en THC est souvent utilisé pour le glaucome. Et cela vaut pour toute consommation de THC.

Malheureusement, l’augmentation du flux sanguin vers les yeux se traduit également par le regard rouge, bouffi, larmoyant et irrité qui est devenu si stéréotypé des consommateurs de marijuana au fil des générations.

Le CBD ne produit pas ce genre d’effets, donc si vous vous êtes posé la question « le CBD cause-t-il les yeux rouges », la réponse est un grand « non ». Bien sûr, les consommateurs peuvent toujours avoir les yeux larmoyants en raison d’une réaction à la fumée (ou à un autre allergène), mais ce n’est pas le CBD lui-même qui devrait causer l’irritation.

Qu’est-ce que le CBD ?

Bien qu’il y ait des centaines de composés dans la marijuana, le CDB en est l’un des principaux composants. Comme nous l’avons vu plus haut, CBD est l’abréviation de cannabidiol. Le CBD est présent dans la plupart des souches de cannabis, mais en quantités différentes.

Par exemple, dans les souches puissantes et à forte teneur en THC, le CBD peut n’être présent qu’à l’état de traces. En revanche, dans les souches à forte teneur en CBD, elle peut représenter jusqu’à 20 % ou plus du poids sec de la plante.

La structure chimique du CBD est assez similaire à celle du THC. La différence réside dans un élément essentiel : Le CBD contient une combinaison supplémentaire d’hydrogène et d’oxygène. Ce changement subtil permet au CBD de fonctionner sans perturber les processus cognitifs.

Selon la plupart des témoignages, le CBD est considéré comme pouvant être utilisé sans danger sous diverses formes. Un rapport récent de l’Organisation mondiale de la santé corrobore cette affirmation en déclarant que le CBD « ne présente aucun effet indiquant un potentiel d’abus ou de dépendance ». Le rapport indique également qu' »il n’y a aucune preuve de problèmes de santé publique associés à l’utilisation du CDB pur ».

Comment fonctionne le CBD ?

Le corps doit maintenir en équilibre des processus tels que la température, l’humeur, la mémoire et le mouvement, ce que l’on appelle l’homéostasie. Le système endocannabinoïde joue un rôle important dans cette entreprise.

Le système endocannabinoïde est abondant dans les systèmes nerveux central et périphérique. Il est constitué d’un réseau de récepteurs et d’endocannabinoïdes, qui sont des cannabinoïdes fabriqués dans le corps humain. Les cannabinoïdes que l’on trouve dans les plantes de cannabis sont appelés phytocannabinoïdes. Le CBD et le THC sont bien sûr tous deux des phytocannabinoïdes.

Cependant, alors que le THC se lie directement aux récepteurs des endocannabinoïdes (ce qui galvanise les changements cognitifs), le CBD agit de manière plus indirecte. Le CBD ne semble se lier directement à aucun récepteur. Il semble plutôt influencer une variété de voies et de canaux ioniques indépendants des récepteurs pour produire une série d’effets bénéfiques.

La dilatation des vaisseaux sanguins n’est pas incluse dans cette « gamme d’effets bénéfiques ». Pour cette raison, nous pouvons plus ou moins dissiper le mythe selon lequel la CDB provoque des yeux rouges.

Donc, le CBD ne cause pas les yeux rouges… Mais est-ce légal ?

Le CBD n’est pas considéré comme un stupéfiant par conséquent il n’est pas interdit par la loi française. Cependant il ne peut être commercialisé qu’aux conditions suivantes :

  • La plante doit avoir une teneur inférieure à 0.2% de THC
  • Seule ses graines et ses fibres peuvent être utilisées
  • Le produit fini, quant à lui ne doit contenir aucune trace de THC

Les gens trouvent que le CBD peut être une alternative pour des choses comme le stress, l’anxiété, la douleur et les troubles du sommeil.

La marijuana, en revanche, est toujours, bien sûr, illégale en France. Son utilisation et sa possession sont interdites par la loi.

La science derrière le cannabis et les yeux rouges (le CBD n’est pas le coupable !)

Une présentation fascinante du Dr Denise A. Valenti souligne les effets opposés que le THC et le CBD semblent avoir sur la pression intraoculaire de l’œil (PIO).

Dans sa présentation, le Dr. Valenti déclare que si le cannabis est souvent utilisé pour abaisser la pression dans l’œil, cela est uniquement dû à la présence de THC. Le CBD, affirme-t-elle, fonctionne en fait pour « augmenter la pression dans l’oeil ».

Ses affirmations ont été confirmées par une étude humaine de 2008 qui a examiné les effets de diverses doses de THC et de CBD sur six patients atteints de glaucome. Les résultats de l’étude ont montré que si une dose de 5 mg de THC réduisait la pression intraoculaire, une dose de 40 mg de CBD l’augmentait en fait, tandis qu’une dose de 20 mg de CBD n’avait aucun effet.

Bien que la physiologie spécifique de ces effets inverses de la PIO ne soit pas bien comprise, il est tout à fait clair que lorsqu’il s’agit des yeux rouges, le CBD et le THC semblent avoir des effets opposés

Faire disparaître le rouge

Si vous avez les yeux rouges à cause de la consommation de cannabis, soyez assuré que ce n’est pas trop compliqué à résoudre. Les méthodes pour éviter et atténuer les rougeurs des yeux causées par la marijuana comprennent une hydratation adéquate et l’utilisation de gouttes oculaires de qualité. Il est également possible de passer d’une souche à forte teneur en THC à une souche à forte ou faible teneur en CBD.

Dans l’ensemble, nous espérons que cet article a contribué à répondre à la question de savoir si la CBD provoque ou non des yeux rouges. Si vous souhaitez consommer du cannabis mais que vous n’aimez pas trop le regard irrité, la consommation responsable de produits CBD de qualité peut vous donner l’occasion de ressentir des effets bénéfiques sans souffrir de yeux rouges, larmoyants et gonflés